Chercher

Cocaïne

La cocaïne est issue des feuilles de l'arbuste à coca qui pousse en Amérique du Sud et appartient au groupe des stimulants. Dans la plupart des cas, elle se trouve sous forme de poudre cristalline blanche ou jaunâtre ou de « pierre ».  Son goût est amer et elle est souvent coupée avec des analgésiques ou des médicaments. La cocaïne peut être nocive à la santé, surtout en cas de consommation régulière.  Elle est généralement consommée sous forme de poudre et sniffée par voie nasale. Dans de plus rares cas, elle est transformée chimiquement et fumée sous forme de «base» (crack/ free base) ou injectée. Les synonymes les plus utilisés pour la cocaïne sont les suivants : coke, blanche, C, coco, neige, poudre, poudreuse, etc.

Effets de la cocaïne

L’effet de chaque substance psychoactive dépend du dosage et de la concentration de la substance active. De plus, l’expérience de la consommation est influencée par la personne (âge, sexe, poids), par son humeur de base («set») et par la situation et l’environnement («setting»).

La cocaïne a un important effet psychostimulant. L’effet stimulant est produit par une libération de dopamine et d’autres neurotransmetteurs dans le cerveau, ce qui stimule le système nerveux central. Dans un contexte festif, cet effet est utilisé pour rester éveillé ou parfois pour augmenter les performances (dopage).

Dans le corps, la cocaïne provoque un rétrécissement des vaisseaux sanguins, une accélération du rythme cardiaque et une augmentation de la pression artérielle. À forte dose, on s’expose à un risque de crise cardiaque ou d’angine de poitrine (forte sténocardie). Sur le plan psychique, la consommation de cocaïne peut avoir comme effet un état éveillé accru, une euphorie, un sentiment de performance et de confiance en soi plus important, mais aussi de l’anxiété et de l’inconfort dans des situations sociales. Une augmentation de l’agressivité et une surestimation de soi peuvent également faire partie des effets de la cocaïne, ce qui peut mener à de graves conséquences chez les consommateur·trice·s.

Après la consommation, on peut observer un changement d’humeur: humeur dépressive, sentiment de vide et manque de motivation. On peut aussi noter l’apparition de troubles du sommeil. De plus, les consommateur·trice·s ressentent souvent un désir fort et désagréable de consommer à nouveau une fois que les effets s’estompent.

Les effets secondaires sont renforcés en cas de consommation d’autres substances psychoactives. La consommation simultanée de cocaïne et d’alcool produit le cocaethylène, une substance toxique, qui accentue davantage les effets secondaires notamment sur le cœur. Le mélange de cocaïne (substance stimulante) et d’héroïne (substance sédative) est appelé «speedball» ou «powerballing». Les consommateurs·trice·s indiquent souvent qu’ils/elles ressentent les effets plus longtemps et plus intensément que lors de la consommation de l’une des deux drogues seules.

Conséquences de la consommation de cocaïne

Une consommation régulière de cocaïne peut entraîner un risque important d’addiction. Elle est souvent accompagnée d’une envie irrésistible et incontrôlable de consommer («craving») et d’un changement de personnalité. En outre, le risque de développer une maladie psychique et de diminuer durablement ses capacités intellectuelles est plus important. Les conséquences physiques à long terme peuvent être les suivantes: inflammations et lésions de la muqueuse nasale difficiles à guérir, lésions dans les organes internes, dommages aux dents ainsi qu'un affaiblissement des défenses de l’organisme.

La grossesse est une phase sensible du développement de l’enfant. En raison du rétrécissement des vaisseaux, la consommation de cocaïne peut provoquer un infarctus placentaire et réduire l’approvisionnement du futur nourrisson. De plus, une consommation fréquente de cocaïne pendant la grossesse augmente le risque d’un accouchement prématuré et, dans le pire des cas, d’un enfant mort-né. Elle favorise également une inhibition de la croissance du fœtus et peut causer des problèmes du comportement de l’enfant à un âge plus tardif.

Aide, conseils et traitement pour les questions autour de la cocaïne

Pour les personnes concernées ou leurs proches, ainsi que pour les personnes intéressées par les problématiques d’addiction, il existe de nombreuses informations et différentes possibilités de conseils dans toutes les régions de Suisse mais également des conseils en ligne. Les services de consultations en addiction proposent des rendez-vous de conseils. De nombreuses offres sont gratuites et les conseiller∙ère∙s sont tenu·e·s au secret professionnel.

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Consultation en ligne

Consultation en ligne gratuite et anonyme sur les questions d’addiction destinée aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel·le·s et à toute personne intéressée.

Prévention dans le domaine de la consommation de cocaïne

Les mesures préventives visent à empêcher ou à retarder le début de la consommation. En même temps, l’objectif de la prévention est de permettre une gestion responsable et contrôlée des substances psychoactives. Les informations spécifiques aux groupes cibles sur les risques de la consommation et la détection précoce de formes de consommation problématiques sont des mesures courantes de prévention.

Publications sur la cocaïne

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications dans le domaine de la cocaïne.

United Nations Office on Drugs and Crime (en anglais)

Monitoring and Evaluating – Youth Substance Abuse Prevention Programmes

Réduction des risques lors de la consommation de cocaïne

La réduction des risques vise à minimiser les conséquences négatives de la consommation de substances psychoactives pour les personnes concernées et pour la société.

Une des mesures importantes de la réduction des risques est la combinaison de tests (drug checking) et l’information (consultations brèves). Grâce aux tests, on peut déterminer la réelle composition des drogues dans des laboratoires mobiles ou sur place et ainsi réduire les effets négatifs provoqués par le mélange de substances. Des entretiens d’accompagnement et des explications sur l’analyse des substances avec des messages de prévention clairs viennent compléter les tests de contrôle. Différents sites Internet proposent des informations sur les règles de safer use aux consommateur·trice·s. On y trouve des recommandations sur les pratiques de consommation et des informations détaillées sur les différentes substances (risques, effets à long terme, etc.).

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Praticien Addiction Suisse

Informations sur la cocaïne pour les professionnel·le·s

Réglementation et application de la loi en matière de cocaïne

La loi sur les stupéfiants (LStup) et les ordonnances correspondantes réglementent la manipulation des stupéfiants et des substances psychotropes ainsi que la répartition des responsabilités entre les autorités nationales et cantonales compétentes. La cocaïne est soumise à la loi sur les stupéfiants.

Utilisation de cocaïne à des fins médicales

De nos jours, la cocaïne n’est que rarement utilisée à des fins médicales. Avant, elle était utilisée comme anesthésiant local en raison de son effet anesthésique. Il existe désormais de nombreux autres stupéfiants que l’on peut utiliser et qui comportent un risque d’addiction et des effets secondaires plus faibles.

La consommation de cocaïne chiffrée

Les chiffres sur la consommation de cocaïne en Suisse, sur les conséquences et sur le marché sont disponibles sur les pages suivantes.

Informations supplémentaires pour les professionnel·le·s

Praticien Addiction Suisse

Informations médicales pour les médecins de premiers recours ainsi que pour d'autres groupes professionnels de la prise en charge médicale de base.

Plateforme d’information pour la prévention au cabinet médical

« PEPra - La prévention au cabinet médical fondée sur les preuves » est un projet de la FMH et d’autres organisations pour encourager la prévention et la détection précoce des maladies non transmissibles, des dépendances et de la santé mentale dans la médecine ambulatoire de premier recours.

Publications dans le domaine des addictions

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications.

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

+41 (0)31 376 04 01