Chercher
Retour

MDMA | Ecstasy

La MDMA (3,4-méthylendioxy-N-méthylamphétamine) est un dérivé synthétique de l’amphétamine qui a un effet stimulant et légèrement hallucinogène. Elle fait partie de la classe de substances des entactogènes, qui regroupe les substances psychoactives sous l’influence desquelles les émotions sont perçues différemment et de manière plus intense. La MDMA a été synthétisée pour la première fois en 1912 par Merck. Elle a été introduite dans la psychothérapie dès le milieu des années 1970. Depuis les années 1980, la MDMA est connue sous le nom d’ecstasy, une drogue récréative de synthèse.

L’ecstasy se présente la plupart du temps sous la forme de pilules multicolores avec différents logos. Elle est plus rarement vendue sous la forme de cristaux, de poudre ou de capsules. Les pilules vendues en tant qu’ecstasy contiennent souvent d’autres substances psychoactives, comme les hallucinogènes 2C-B. En outre, la teneur en principe actif des pilules varie considérablement. Il est donc recommandé aux personnes consommant de l'ecstasy ou de la MDMA de prêter attention aux alertes sur les pilules d’ecstasy et d’utiliser les offres de drug checking.

Effets de la MDMA | de l’ecstasy

L’effet de chaque substance psychoactive dépend du dosage et de la concentration de la substance active. De plus, l’expérience de la consommation est influencée par la personne (âge, sexe, poids), par son humeur de base («set») et par la situation et l’environnement («setting»).

La MDMA agit dans le cerveau comme un neurotransmetteur de sérotonine, de noradrénaline et de dopamine. Ces transmetteurs déterminent l’humeur des personnes. Les effets de la MDMA apparaissent après env. 30 minutes. Cependant, certaines personnes n’en ressentent les effets qu’après 90 minutes. Les sensations de soif et de faim sont réduites, tandis que la température corporelle et la tension artérielle augmentent. Sur le plan psychique, la MDMA a des effets stimulants et légèrement hallucinogènes. La vivacité et l’attention sont plus élevées. Les sensations et les sentiments sont vécues différemment et plus intensément. La consommation de MDMA peut conduire à des sentiments de bien-être, à une empathie subjective augmentée et à l’ouverture aux autres. Les inhibitions sont réduites et le besoin de contact est plus fort. On se sent connecté aux autres personnes présentes.

Selon l’humeur et le contexte de consommation, la prise de MDMA peut aussi renforcer des émotions négatives, telles que la tristesse, la peur et l’insécurité. Une désorientation, des hallucinations et des crises de panique peuvent survenir. Des états dépressifs peuvent également apparaître dans les jours qui suivent la consommation de MDMA. Les effets corporels sont la constriction des mâchoires, des tremblements musculaires, les pupilles dilatées, des nausées et une augmentation de la tension artérielle. Danser pendant des heures dans des locaux surchauffés et une hydratation insuffisante peut provoquer une augmentation de la température du corps qui peut conduire à un risque de surchauffe mortelle. Le surdosage de MDMA peut entraîner les effets secondaires suivants: convulsions, collapsus cardio-vasculaire ainsi qu’une insuffisance rénale ou hépatique. Les effets toxiques de la MDMA sont renforcés lors de mélange avec d’autres stimulants ou avec de l’alcool. Le cœur, le foie et les reins peuvent être fortement sollicités. Dans de rares cas, la MDMA peut déclencher de l’asthme et des crises d’épilepsie.

Conséquences de la consommation de MDMA | d’ecstasy

De nombreuses études démontrent que la consommation régulière de MDMA peut entraîner des modifications au niveau de la fonction cérébrale et occasionner des troubles de la mémoire et des capacités intellectuelles.

Dans le cerveau, la MDMA peut vider les réserves de sérotonines. Il faut compter jusqu’à une semaine pour remplir de nouveau les réserves et pour que le corps se rétablisse. Notre humeur dépend entre autres de la fonction de la sérotonine dans le cerveau. Si le réservoir est constamment vidé par une consommation fréquente, l’humeur peut se dégrader sur le long terme, ce qui favorise les états dépressifs, le manque de motivation, les troubles anxieux et l’insomnie. Dans l’ensemble, l’état de la recherche à ce sujet n’est pas clair, mais certaines études supposent un lien direct entre la consommation d’ecstasy et des problèmes psychiques à long terme.

Aide, consultation et traitement autour de la MDMA | de l’ecstasy

Pour les personnes concernées ou leurs proches, ainsi que pour les personnes intéressées par les problématiques d’addiction, il existe de nombreuses informations et différentes possibilités de conseils dans toutes les régions de Suisse mais également des conseils en ligne. Les services de consultations en addiction proposent des rendez-vous de conseils. De nombreuses offres sont gratuites et les conseiller∙ère∙s sont tenu·e·s au secret professionnel.

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Consultation en ligne

Consultation en ligne gratuite et anonyme sur les questions d’addiction destinée aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel·le·s et à toute personne intéressée.

Prévention dans le domaine de la consommation de MDMA | d’ecstasy

Les mesures préventives visent à empêcher ou à retarder le début de la consommation. En même temps, l’objectif de la prévention est de permettre une gestion responsable et contrôlée des substances psychoactives. Les informations spécifiques aux groupes cibles sur les risques de la consommation et la détection précoce de formes de consommation problématiques sont des mesures courantes de prévention.

Publications sur la MDMA | l’ecstasy

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications sur l’ecstasy.

United Nations Office on Drugs and Crime (en anglais)

Monitoring and Evaluating – Youth Substance Abuse Prevention Programmes

Réduction des risques lors de la consommation de MDMA | d’ecstasy

La réduction des risques vise à minimiser les conséquences négatives de la consommation de substances psychoactives pour les personnes concernées et pour la société.

Une des mesures importantes de la réduction des risques est la combinaison de tests (drug checking) et l’information (consultations brèves). Grâce aux tests, on peut déterminer la réelle composition des drogues dans des laboratoires mobiles ou sur place et ainsi réduire les effets négatifs provoqués par le mélange de substances. Des entretiens d’accompagnement et des explications sur l’analyse des substances avec des messages de prévention clairs viennent compléter les tests de contrôle. Différents sites Internet proposent des informations sur les règles de safer use aux consommateur·trice·s. On y trouve des recommandations sur les pratiques de consommation et des informations détaillées sur les différentes substances (risques, effets à long terme, etc.).

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Praticien Addiction Suisse

Informations pour les professionnel·le·s

Réglementation et application de la loi en matière de MDMA | d’ecstasy

La loi sur les stupéfiants (LStup) et les ordonnances correspondantes réglementent la manipulation des stupéfiants et des substances psychotropes ainsi que la répartition des responsabilités entre les autorités nationales et cantonales compétentes. La MDMA est soumise à la loi sur les stupéfiants.

Utilisation thérapeutique de MDMA

En Suisse, la fabrication, la remise et la consommation de MDMA sont soumises à la loi sur les stupéfiants (LStup). L’OFSP permet cependant, sous certaines conditions et avec une autorisation exceptionnelle, l’utilisation légale et limitée à des fins médicales de substances autrement interdites. Ainsi, il est possible d’utiliser de la MDMA dans le cadre de psychothérapies.

En Suisse, ce sont essentiellement les membres de la Schweizerische Ärztgesellschaft für Psycholytische Therapie (SÄEPT) qui ont fait avancer la recherche sur l’utilisation de MDMA et de LSD. Il existe des résultats de recherche prometteurs concernant l’efficacité de la MDMA dans le traitement du trouble de stresse post traumatique (TSPT). D’autres domaines d’application, comme l’utilisation de la MDMA dans le cadre d’une psychothérapie contre l’anxiété sociale et la dépression, doivent encore faire l’objet de recherches plus approfondies.

Chiffres sur la consommation de la MDMA | de l’ecstasy

Les chiffres sur la consommation de MDMA | d’ecstasy en Suisse, sur les conséquences et sur le marché sont disponibles sur les pages suivantes.

Informations supplémentaires pour les professionnel·le·s

Praxis Suchtmedizin

Informations médicales pour les médecins de premiers recours ainsi que pour d'autres groupes professionnels de la prise en charge médicale de base.

Plateforme d’information pour la prévention au cabinet médical

« PEPra - La prévention au cabinet médical fondée sur les preuves » est un projet de la FMH et d’autres organisations pour encourager la prévention et la détection précoce des maladies non transmissibles, des dépendances et de la santé mentale dans la médecine ambulatoire de premier recours.

Publications dans le domaine des addictions

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications.

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

Tél. 031 376 04 01