Chercher
Retour

Héroïne | Opioïdes

L’héroïne (désignation chimique:  diacétylmorphine) est fabriquée à partir d’opium brut. L’opium est le latex séché de la plante du pavot somnifère. Dans une étape intermédiaire, la morphine y est extraite. Elle est ensuite transformée en héroïne au moyen d’une réaction chimique avec des acides acétiques. L’héroïne est un opioïde semi-synthétique avec un fort effet sédatif et dont le potentiel de dépendance est très élevé.

Sur le marché noir, elle est vendue sous forme de poudre de couleur blanche, beige, grise ou brunâtre et contient généralement des produits de coupe et des impuretés qui proviennent de la production. L’héroïne (aussi appelée héro, brune, brown sugar, etc.) est souvent coupée avec un mélange de caféine, de paracétamol et des substances non pharmacoactives, telles que du lait en poudre, de la farine et de l’acide ascorbique. Elle peut être fumée («chasser le dragon»), injectée ou sniffée.

Effets de l’héroïne | des opioïdes

L’effet de chaque substance psychoactive dépend du dosage et de la concentration de la substance active. De plus, l’expérience de la consommation est influencée par la personne (âge, sexe, poids), par son humeur de base («set») et par la situation et l’environnement («setting»).

La consommation d’héroïne a un effet fortement euphorisant, apaisant et équilibrant et anxiolitique. Des effets, tels qu’un sentiment de bien-être ou l’autosatisfaction peuvent apparaître et les soucis perdent en importance. La consommation d’héroïne peut provoquer les conséquences physiques aiguës suivantes: ralentissement de la respiration, nausées, vomissements, démangeaisons, chute de la tension artérielle, ralentissement du pouls, rétrécissement des pupilles («en tête d’épingle») et rétention urinaire (blocage de la fonction urinaire).

Par injection ou fumée, les effets apparaissent après quelques secondes, sniffée, après quelques minutes. Les effets durent en général entre 2 et 5 heures.

Conséquences de la consommation d’héroïne

Les conséquences de la consommation d’héroïne dépendent fortement de la forme de consommation. Sniffer de l’héroïne peut provoquer la destruction de la cloison et des muqueuses nasales. En fumer peut endommager les bronches et les poumons. Lors des injections, les veines sont souvent enflammées et le risque de contracter des maladies infectieuses (hépatite C, VIH) est beaucoup plus élevé.

Le dosage est extrêmement important, car l’écart entre une dose tolérée et une dose mortelle est minime. La surdose se traduit par une réduction du rythme de respiration, ou même l’arrêt respiratoire qui peut conduire à des dommages au cerveau et aux organes jusqu’au décès. En cas de surdose, il faudrait toujours faire appel à une aide médicale.

Le risque de mort par surdose augmente considérablement lors d’une polyconsommation avec d’autres sédatifs comme l’alcool ou les benzodiazépines. L’héroïne est souvent prise simultanément avec de la cocaïne. Le mélange est communément appelé «cocktail» ou «speedball». Étant donné que les deux drogues produisent des effets opposés, le système cardiovasculaire est considérablement sollicité et le risque de surdosage est particulièrement élevé.

La consommation d’héroïne peut entraîner une désorientation, des trous de mémoire, des troubles du langage et de la coordination, une forte constipation et une baisse du désir sexuel.

L’héroïne crée rapidement une dépendance physique et psychique avec d’importants symptômes de manque qui apparaissent 8 à 12 heures après la dernière prise. Les symptômes typiques de manque sont les suivants: sueurs et frissons, nez et yeux qui coulent, vomissements, diarrhées, agitation, irritabilité, faiblesse, anxiété, états dépressifs, crampes douloureuses, insomnies. Dans de rares cas, des hallucinations, des accès de crampes et des phases psychotiques peuvent survenir.

Les troubles physiques à long terme apparaissent la plupart du temps avec les produits de coupe dangereux et les impuretés et non pas avec l’héroïne elle-même. Les conditions de vie parfois très difficiles des consommateur·trice·s (mauvaise hygiène lors des injections, échange de seringues, prostitution, alimentation déficiente) peuvent entraîner différentes maladies (p. ex. des maladies dues à des carences et des maladies infectieuses comme le sida suite à une infection par le VIH et des infections du foie suite à une infection par l’hépatite C).

Les signes de grossesse sont souvent détectés tardivement par les consommatrices d’héroïne, car les nausées et les vomissements sont confondus avec les symptômes de manque. Lors de la consommation durant la grossesse, le fœtus est exposé à d’importants risques pour la santé (p. ex. retard de croissance, perturbation de l’apport en oxygène). Un sevrage effectué de manière brutale augmente le risque de fausse couche, raison pour laquelle un traitement de substitution (p. ex. avec la méthadone) est souvent entamé et accompagné d’un suivi psychosocial. Les risques pour les nouveau-nés sont les suivants: naissance prématurée (lésions cérébrales, problèmes respiratoires), poids à la naissance faible, périmètre de tête réduit, symptômes de sevrage (succion excessive, crampes musculaires, fièvre, troubles du sommeil et de l’alimentation), risque de VIH et d’hépatite si la mère est infectée.

Aide, consultation et traitement autour de l’héroïne | des opioïdes

Pour les personnes concernées ou leurs proches, ainsi que pour les personnes intéressées par les problématiques d’addiction, il existe de nombreuses informations et différentes possibilités de conseils dans toutes les régions de Suisse mais également des conseils en ligne. Les services de consultations en addiction proposent des rendez-vous de conseils. De nombreuses offres sont gratuites et les conseiller∙ère∙s sont tenu·e·s au secret professionnel.

Les deux grands piliers de la thérapie sont le traitement agoniste opioïde (TAO) (anciennement traitement de substitution) et le traitement avec prescription de diacétylmorphine (traitement avec prescription d'héroïne, HeGeBE). Leur objectif est de réduire les risques sociaux et pour la santé les plus importants des personnes dépendantes aux opioïdes. La substitution consiste à remplacer la consommation illégale d’opioïdes (héroïne) par des médicaments obtenus avec une prescription médicale et ayant des effets semblables (p. ex. méthadone, buprénorphine, morphine). Lors de traitement avec prescription d’héroïne, on utilise la diacétylmorphine (forme pharmaceutique de l’héroïne). Le traitement avec diacétylmorphine est soumis à des dispositions particulières.

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Consultation en ligne

Consultation en ligne gratuite et anonyme sur les questions d’addiction destinée aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel·le·s et à toute personne intéressée.

Prévention dans le domaine de la consommation d’héroïne

Les mesures préventives visent à empêcher ou à retarder le début de la consommation. En même temps, l’objectif de la prévention est de permettre une gestion responsable et contrôlée des substances psychoactives. Les informations spécifiques aux groupes cibles sur les risques de la consommation et la détection précoce de formes de consommation problématiques sont des mesures courantes de prévention.

Les professionnel·le·s qualifient l’héroïne de substance dangereuse. Les décès causés par une surdose (souvent en association avec d’autres substances) ne sont pas rares. En raison des graves conséquences possibles sur le parcours de vie des consommateur·trice·s (criminalité liée aux stupéfiants, conditions de vie précaires) et des effets psychiques et physiques négatifs, un objectif important de la prévention est d’éviter de commencer à consommer. Il s’agit de mettre en évidence, par l'information, les risques liés à la consommation, mais aussi de renforcer les compétences individuelles.

Publications sur l’héroïne et les opioïdes

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications dans le domaine de l’héroïne et des opioïdes.

United Nations Office on Drugs and Crime (en anglais)

Monitoring and Evaluating – Youth Substance Abuse Prevention Programmes

Réduction des risques lors de la consommation d’héroïne

La réduction des risques vise à minimiser les conséquences négatives de la consommation de substances psychoactives pour les personnes concernées et pour la société.

Une des mesures importantes de la réduction des risques est la combinaison de tests (drug checking) et l’information (consultations brèves). Grâce aux tests, on peut déterminer la réelle composition des drogues dans des laboratoires mobiles ou sur place et ainsi réduire les effets négatifs provoqués par le mélange de substances. Des entretiens d’accompagnement et des explications sur l’analyse des substances avec des messages de prévention clairs viennent compléter les tests de contrôle. Différents sites Internet proposent des informations sur les règles de safer use aux consommateur·trice·s. On y trouve des recommandations sur les pratiques de consommation et des informations détaillées sur les différentes substances (risques, effets à long terme, etc.).

Les mesures de réduction des risques dans la consommation d’héroïne sont par exemple des offres bas seuil, telles que les centres d’accueil bas seuil, les échanges de seringue ou le travail social hors-murs. De plus, les espaces de consommation à moindre risque permettent de consommer des substances tout en respectant des conditions hygiéniques.

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Praticien Addiction Suisse

Informations pour les professionnel·le·s sur l’héroïne | les opioïdes

Réglementation et application de la loi en matière d’héroïne

La loi sur les stupéfiants (LStup) et les ordonnances correspondantes réglementent la manipulation des stupéfiants et des substances psychotropes ainsi que la répartition des responsabilités entre les autorités nationales et cantonales compétentes. L’héroïne est soumise à la loi sur les stupéfiants.

Chiffres sur la consommation d’héroïne

Les chiffres sur la consommation d’héroïne en Suisse, sur les conséquences et sur le marché sont disponibles sur les pages suivantes.

Informations supplémentaires pour les professionnel·le·s

Praticien Addiction Suisse

Informations médicales pour les médecins de premiers recours ainsi que pour d'autres groupes professionnels de la prise en charge médicale de base.

Plateforme d’information pour la prévention au cabinet médical

« PEPra - La prévention au cabinet médical fondée sur les preuves » est un projet de la FMH et d’autres organisations pour encourager la prévention et la détection précoce des maladies non transmissibles, des dépendances et de la santé mentale dans la médecine ambulatoire de premier recours.

Publications dans le domaine des addictions

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications.

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

Tél. 031 376 04 01