Chercher

Lexique de la prévention, de A à Z
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Basé sur des preuves | basé sur des évidences

On dit qu’un élément est basé sur des preuves ou des évidences (en anglais « evidence‑based ») lorsqu’il se fonde sur un processus scientifique de recueil et d’évaluation empirique de données visant à tenir compte des informations disponibles les plus fiables dans le but de prendre une décision ou formuler des recommandations. Ainsi, pour être « basé sur des preuves » ou « basé sur des évidences », un élément doit être fondé sur des données scientifiques ou empiriques, ou son efficacité doit avoir été prouvée de manière empirique.

Développée depuis 20 ans et reconnue au niveau international, la méthode GRADE (« Grading of Recommendations, Assessment, Development and Evaluation ») permet d’évaluer la fiabilité (« qualité ») des preuves. Il existe quatre niveaux de fiabilité :

  • Élevé : les preuves sont proches de l’effet réel (« la mesure X a l’effet Y »). Les méta‑analyses ou les essais contrôlés randomisés (ECR) de haute qualité fournissent souvent des résultats dont le niveau de preuves est élevé.
  • Modéré : les preuves sont probablement proches de l’effet réel (« la mesure X a probablement l’effet Y »). Les niveaux élevés et intermédiaires signifient que les preuves disponibles constituent une base utilisable pour les décisions, compte tenu de toutes les contraintes. Il s’agit par exemple d’études contrôlées de haute qualité, mais non randomisées, ou de designs quasi expérimentaux de haute qualité.
  • Bas : si les preuves sont bien potentiellement proches de l’effet réel (« la mesure X pourrait avoir l’effet Y »), d’autres études peuvent encore modifier sensiblement le résultat. Il convient donc d’user de prudence pour se baser sur ces preuves afin de prendre des décisions. Les études descriptives non expérimentales de haute qualité méthodologique, par exemple l’étude de corrélation ou l’étude cas-témoins, fournissent souvent des preuves dont le niveau de qualité est bas.
  • Très bas : l’effet ressortant des résultats de l’étude est vraisemblablement très différent de l’effet réel recherché. Il est fort probable que d’autres études modifient les preuves, dans un sens ou dans l’autre. Il n’est donc pas possible de se fier aux preuves existantes ; elles ne constituent pas une base utile pour prendre des décisions. Dans cette catégorie, on trouve par exemple les séries de cas ou un ou plusieurs avis d’expert·e·s.

[mis à jour le 28.03.2024]

Sources :

Cochrane Deutschland Stiftung, Site Internet. Die Vertrauenswürdigkeit von Evidenz nach GRADE: https://wissenwaswirkt.org/die-vertrauenswuerdigkeit-von-evidenz-nach-grade, accès le 28.02.2023.

Markus Antonius Wirtz (éd.), Site Internet. Evidenzbasierung, dans : Dorsch - Lexikon der Psychologie: https://dorsch.hogrefe.com/stichwort/evidenzbasierung, accès le 28.02.2023.

Proposition de citation

Infodrog (année de publication). Basé sur des preuves | basé sur des évidences. Lexique de la prévention : https://www.infodrog.ch/fr/ressources/lexique-de-la-prevention/base-sur-des-preuves-base-sur-des-evidences.html, accès le 20.06.2024.

Informations complémentaires

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

+41 (0)31 376 04 01