Chercher

Lexique de la prévention, de A à Z
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Hépatite C

Une infection avec le virus de l’hépatite C est une maladie transmissible, tout comme une infection avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

En Suisse, on estime à 40'000 le nombre de personnes infectées par le VHC. Il est transmis par du sang contaminé (même sec) et pénètre dans l’organisme par une lésion de la peau ou des muqueuses. Le partage du matériel (seringues, aiguilles, pipes, pailles, filtre, cuillère, eau) lors de consommation de drogues par voie intraveineuse, nasale ou par inhalation constitue un risque d’exposition au VHC. Chaque année, environ 1'300 nouveaux diagnostics sont déclarés à l’OFSP. Parmi celles-ci, environ 500 personnes consomment des drogues.

Des pratiques telles que les tatouages, les piercings, les manucures, les pédicures ou le rasage effectuées sans des outils stériles ainsi que le partage de brosses à dents et de rasoirs exposent également à un risque de contamination. En Suisse, les interventions chirurgicales et dentaires ainsi que les transfusions sanguines se déroulent sous des normes sans risques. Cela n’a pas toujours été le cas, en particulier avant la découverte du VHC et, aujourd’hui encore, dans les pays où les normes d’hygiène sont faibles. Les personnes nées entre 1950 et 1985 en sont plus fréquemment touchées. La transmission a également lieu de la mère à l’enfant. En ce qui concerne la transmission lors de rapports sexuels, elle est rare, sauf chez les hommes qui sont positifs au VIH ayant des rapports non protégés avec des hommes.

L'infection par le VHC se déroule la plupart du temps sans symptômes ou alors ils ne sont pas spécifiques. Le diagnostic peut donc être posé même plusieurs années, voire décennies, après l’infection, laissant la maladie avancer entretemps. Le VHC n'entraîne une hépatite aiguë que chez 10 à 20 % des personnes. Les symptômes peuvent être de type grippal tels que des maux de tête et des douleurs aux membres, de la fatigue, de la fièvre, une perte d'appétit et des nausées, des douleurs abdominales, une décoloration sombre de l'urine, des selles grisâtres et la jaunisse. Elle ne guérit pas spontanément en 6 mois chez 70 à 80 % des personnes (hépatite chronique) et, si non traitée, peut nuire à la qualité de vie, car elle peut s’accompagner de fatigue chronique, de problèmes de concentration ou de dépression. Des douleurs articulaires, des douleurs dans la moitié droite et supérieure de l’abdomen ainsi que des difficultés de concentration sont également fréquentes. Le lien avec le VHC n’est souvent pas fait. Dans 25 % des cas, une cirrhose du foie se développe augmentant le risque de conduire à un cancer du foie. Le VHC est la cause la plus fréquente de cancer du foie et de transplantations de foie en Suisse. D’autres organes peuvent également être affectés et un risque accru de troubles secondaires tels que le diabète, des maladies cardiovasculaires, un cancer malin des glandes lymphatiques ou une maladie rénale est observé.

Selon les estimations, jusqu'à un tiers des personnes infectées par le VHC en Suisse et jusqu’à 50 % des personnes en traitement pour des problèmes d’addiction ne sont pas testées. Environ 200 personnes meurent chaque année des suites du VHC. Un test rapide de détection des anticorps dans le sang ou la salive permet de savoir si une personne a déjà été en contact avec le virus de l'hépatite C au cours de sa vie. Un prélèvement de sang peut identifier la présence du virus et déterminer si l’infection est en cours ou si elle est guérie.

De nouveaux traitements guérissent une infection chronique en huit à douze semaines, provoquant très peu d'effets secondaires légers. Ils sont remboursés par l'assurance maladie obligatoire, indépendamment de l'évolution de la maladie et des facteurs de risque tels que la consommation de drogues ou d'alcool. Le traitement permet au foie de se rétablir, réduit le risque de maladies secondaires et fait disparaître les symptômes non spécifiques améliorant la qualité de vie.

Il n’y a pas de vaccin pour se protéger contre une infection avec l’hépatite C.

[08.02.2022]

Sources

Infodrog : Site Internet de la campagne nationale « hépatitis C ». https://www.hepch.ch, accédé le 08.02.2022

Site Internet de l'association Hépatite Suisse : http://www.hepatite-suisse.ch, accédé le 08.02.2022

Zonaprotetta : Site Internet « Infezioni sessualmente trasmissibili: Hiv e Aids ». https://zonaprotetta.ch/zonaprotetta/consulenza-per-persone-con-hiv-2, accédé le 08.02.2022

Nos activités

Plus d'informations

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

+41 (0)31 376 04 01