Chercher

Lexique de la prévention, de A à Z
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Réduction des risques

Depuis le milieu des années 1980, la « réduction des risques et des dommages » constitue le quatrième pilier de la politique suisse en matière de drogues, complétant ainsi les piliers « Promotion de la santé, prévention et repérage précoce », « Thérapie et conseil » et « Réglementation et exécution de la loi ». La réduction des risques englobe toutes les stratégies et mesures visant à réduire les effets négatifs de la consommation de substances psychoactives sur les consommateurs et la société. Dans le concept de réduction des risques, on reconnaît l'incapacité ou la réticence temporaire ou permanente des personnes concernées à arrêter leur consommation, contrairement à la prévention, dont l’objectif est d'empêcher ou de réduire les comportements addictifs ou à risque. À ce stade, il s'agit de préserver autant que possible l’état de santé et l’intégration sociale des consommateur·rice·s. La réduction des risques repose ainsi sur le droit fondamental à la dignité humaine et ne porte pas de jugement sur la consommation de drogues. L'objectif de la réduction des risques est de préserver la qualité de vie des personnes concernées, afin qu'elles puissent mener une vie aussi sereine et autonome que possible, malgré leur comportement à risque ou addictif.

La réduction des risques se caractérise par une attitude orientée vers l'acceptation, dans laquelle l'abstinence ne constitue pas une condition. La priorité de la réduction des risques n’est donc pas le traitement d’une dépendance, mais le renforcement des personnes dépendantes. Aujourd'hui, la réduction des risques ne vise plus seulement les personnes dépendantes, mais aussi les personnes bien intégrées socialement qui prennent des risques en consommant des substances psychoactives. La réduction des risques promeut les formes de consommation à moindre risque et offre aux personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas renoncer à la consommation de substances légales ou illégales un accès à bas seuil à la consultation et à une aide à la survie. Les offres de la réduction des risques comprennent les centres d’accueil bas seuil, les hébergements d’urgences, les logements accompagnés, les projets d’insertion professionnelle, le travail social hors mur ainsi que les offres de drug checking.

23.02.2022

Sources

Stratégie nationale Addictions 2017-2024. Version adoptée par le Conseil fédéral, novembre 2015.
https://www.bag.admin.ch/dam/bag/fr/dokumente/nat-gesundheitsstrategien/nationale-strategie-sucht/stategie-sucht.pdf.download.pdf/Strat%C3%A9gie%20nationale%20Addictions.pdf,accès le 23.02.2022.

Nos activités

Liens

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

+41 (0)31 376 04 01