Chercher
Retour

Amphétamines | Speed

L’amphétamine, nommée également « speed » sur le marché noir, est connue tant pour son usage pharmaceutique que pour ses effets stimulants. Elle est vendue sur le marché noir sous forme de poudre, de cristaux ou de pâte (de couleur blanche, beige ou rose), et plus rarement sous forme de comprimés. Le « speed » obtenu illégalement est très souvent composé d’amphétamine, de caféine et d’impuretés de synthèse, mais d’autres substances inattendues et dont on ne connait pas encore bien les effets ont été retrouvées lors d’analyse par les drug checking de Suisse. Que ce soit des impuretés de synthèse dues à une mauvaise préparation ou liées au conditionnement (réutilisation de sachets ayant déjà servi – résidus), la teneur en principe actif varie fortement. Il arrive que le speed acheté contienne également d’autres drogues, telles que de nouvelles substances de synthèse comportant des risques et des effets encore inconnus, mais également, dans de très rare cas, de la méthamphétamine.

Les modes de consommation des amphétamines sont l’ingestion, le sniff et plus rarement l’injection.

Effets des amphétamines | speed

L’effet de chaque substance psychoactive dépend du dosage et de la concentration de la substance active. De plus, l’expérience de la consommation est influencée par la personne (âge, sexe, poids), par son humeur de base («set») et par la situation et l’environnement («setting»).

Les amphétamines agissent sur le système nerveux central. Elles déclenchent la libération de stimulants produits par l’organisme (noradrénaline, adrénaline et dopamine). Lors de la consommation, l’organisme entre alors dans un état de stress qui ne se produit normalement que lorsqu’il est confronté à des situations dangereuses.

Les effets physiques sont notamment : logorrhée (débit accru, besoin de parler), tremblement, agitation, nausées, maux de tête, nervosité, crampes, augmentation du pouls, de la tension artérielle et de la température corporelle ainsi qu’une diminution de la sensation de faim, de la sensibilité à la douleur et le besoin de sommeil s’estompe. L’accélération du rythme cardiaque et des crampes peuvent déclencher des malaises physiques.

La consommation d’amphétamines provoque des effets psychiques comme l’euphorie, mais également des états d’agitation permanent, des pensées paranoïaques et un état dépressif. Elle renforce aussi le sentiment de confiance en soi.

Les effets débutent lors du sniff après 2 à 10 minutes et lors d’ingestion après 30 à 45 minutes. La durée des effets peut être longue, en effet, ceux-ci durent de 6 à 12 heures (la décomposition d’amphétamines par l’organisme est difficile). Certains effets secondaires peuvent durer jusqu’à 6 heures.

Lors d’un surdosage d’amphétamines, les risques particulièrement graves pour la santé sont l’arrêt circulatoire, les crises cardiaques, la défaillance des organes (reins, foie, cœur), l’hémorragie, le spasme vasculaire pouvant mener à un infarctus et la perte de connaissance comateuse. La température corporelle peut augmenter jusqu’à 41°C, ce qui représente un danger souvent sous-estimé et implique un risque de surchauffe mortelle et de déshydratation. A fortes doses, elles peuvent provoquer des hallucinations. Après la disparition des effets, il se peut qu’un plus grand besoin de sommeil se fasse ressentir, et qu’une humeur dépressive et une irritabilité apparaissent.

Conséquences de la consommation d’amphétamines

Lors de consommation fréquente d’amphétamines, une accoutumance va se développer et les consommateur∙trice∙s se verront augmenter les doses à consommer afin d’obtenir les mêmes effets. De plus, une addiction psychique peut rapidement se déclarer. La consommation de longue durée va épuiser le corps et peut provoquer des lésions au niveau des organes et du cœur. De plus, des inflammations cutanées (boutons dus au speed), des problèmes dentaires ou osseux (carence en calcium), des lésions nasales (lors de consommation par sniff) et des maux d’estomac peuvent faire leur apparition. En outre, des problèmes psychiques peuvent se développer comme la dépression et la paranoïa pouvant aller jusqu’à la psychose. Enfin, les effets psychiques et physiques causés par les troubles du sommeil ne doivent pas être sous-estimés.

La consommation simultanée d’autres substances psychoactives comporte des risques. En effet, les effets peuvent se renforcer mutuellement ou au contraire s’inhiber et donc avoir des suites imprévisibles. Des consommateur∙trice∙s ont rapporté qu’ils∙elles deviennent plus agressifs sous l’influence des amphétamines consommées simultanément à l’alcool en particulier. De plus, cette combinaison augmente le risque d’intoxication à l’alcool. Il ne faudrait donc jamais consommer des amphétamines simultanément avec d’autres substances psychoactives (médicaments et alcool, y compris).

Le sevrage d’amphétamines peut engendrer fatigue, sommeil agité, humeur irritable et susceptibilité, appétit féroce, dépression, comportement suicidaire et accès de violence. Les syndromes de sevrage s’estompent au bout d’une à deux semaines. Il faut, en revanche, un délai bien plus long pour se défaire de la dépendance psychique, qui se manifeste par un besoin récurrent de consommer.

Durant la grossesse, la consommation d’amphétamine peut conduire à des carences chez la mère et par conséquent à un apport insuffisant en nutriments pour l’enfant. Le principe actif parvient au fœtus par le sang, ce qui peut provoquer de graves troubles du développement et du comportement. La consommation d’amphétamines peut également causer des contractions et un accouchement prématuré.

Aide, conseils et traitement pour les questions autour des amhétamines

Pour les personnes concernées ou leurs proches, ainsi que pour les personnes intéressées par les problématiques d’addiction, il existe de nombreuses informations et différentes possibilités de conseils dans toutes les régions de Suisse mais également des conseils en ligne. Les services de consultations en addiction proposent des rendez-vous de conseils. De nombreuses offres sont gratuites et les conseiller∙ère∙s sont tenu·e·s au secret professionnel.

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Consultation en ligne

Consultation en ligne gratuite et anonyme sur les questions d’addiction destinée aux personnes concernées, à leurs proches, aux professionnel·le·s et à toute personne intéressée.

Prévention dans le domaine de la consommation d'amphétamines

Les mesures préventives visent à empêcher ou à retarder le début de la consommation. En même temps, l’objectif de la prévention est de permettre une gestion responsable et contrôlée des substances psychoactives. Les informations spécifiques aux groupes cibles sur les risques de la consommation et la détection précoce de formes de consommation problématiques sont des mesures courantes de prévention.

Publications sur les amphétamines

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications dans le domaine des amphétamines.

United Nations Office on Drugs and Crime (en anglais)

Monitoring and Evaluating - Youth Substance Abuse Prevention Programmes.

Réduction des risques dans le domaine des amphétamines

La réduction des risques vise à minimiser les conséquences négatives de la consommation de substances psychoactives pour les personnes concernées et pour la société.

Une des mesures importantes de la réduction des risques est la combinaison de tests (drug checking) et l’information (consultations brèves). Grâce aux tests, on peut déterminer la réelle composition des drogues dans des laboratoires mobiles ou sur place et ainsi réduire les effets négatifs provoqués par le mélange de substances. Des entretiens d’accompagnement et des explications sur l’analyse des substances avec des messages de prévention clairs viennent compléter les tests de contrôle. Différents sites Internet proposent des informations sur les règles de safer use aux consommateur·trice·s. On y trouve des recommandations sur les pratiques de consommation et des informations détaillées sur les différentes substances (risques, effets à long terme, etc.).

Aide sur place

Les centres de conseil, les institutions de thérapies en addiction et les organisations d’entraide sont énumérés dans la base de données indexaddictions.ch d’Infodrog.

Praticien Addiction Suisse

Informations sur le tabac et la nicotine pour les professionnel·le·s

Réglementation et application de la loi en matière des amphétamines

La loi sur les stupéfiants (LStup) et les ordonnances correspondantes réglementent la manipulation des stupéfiants et des substances psychotropes ainsi que la répartition des responsabilités entre les autorités nationales et cantonales compétentes. Les amphétamines sont soumis à la loi sur les stupéfiants.

Utilisation des amphétamines à des fins médicales

En Suisse, la fabrication, la remise et la consommation d’amphétamines ou de substances du même type sont soumise à la Loi fédérale sur les stupéfiants (LStup). Le corps médical est habilité à prescrire des médicaments contenant des amphétamines ou des substances analogues au moyen de l’ordonnance spéciale pour les stupéfiants.

L’amphétamine en usage médical peut être prescrit dans le traitement de la narcolepsie ou du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). L’objectif d’un traitement médicamenteux est de permettre d’atténuer les symptômes clés du TDAH comme la distraction, l’inattention, le manque d’organisation et l’impulsivité, par filtration des stimuli entrant. Ce traitement ne doit commencer qu’à l’initiative d’un médecin disposant d’une expérience éprouvée dans les troubles du comportement chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte.

Les médicaments suivants sont autorisés en Suisse :

  • Dexmethylphénidate (Focalin®)
  • Méthylphenidate (par exemple Ritalin®, Concerta®, génériques)
  • Lisdexamphétamine (Elvanse®)
  • Dexamfetamini sulfas (Attentin®)

Chiffres sur la consommation d'amphétamines

Les chiffres sur la consommation d'amphétamines en Suisse, sur les conséquences et sur le marché sont disponibles sur les pages suivantes.

Informations supplémentaires pour les professionnel·le·s

Praticien Addiction Suisse

Informations médicales pour les médecins de premiers recours ainsi que pour d'autres groupes professionnels de la prise en charge médicale de base.

Plateforme d’information pour la prévention au cabinet médical

« PEPra - La prévention au cabinet médical fondée sur les preuves » est un projet de la FMH et d’autres organisations pour encourager la prévention et la détection précoce des maladies non transmissibles, des dépendances et de la santé mentale dans la médecine ambulatoire de premier recours.

Publications dans le domaine des addictions

Addiction Suisse met à disposition et permet de télécharger divers outils et publications.

Haut de la page

Infodrog

Centrale nationale de coordination
des addictions

Eigerplatz 5
3007 Berne

Tél. 031 376 04 01